Le vent du changement

La voilà qui revient … comme si de rien …
Il faut dire que la vie qui change, tout ça, ce n’était pas propice au blog … J’ai pensé 100 fois à arrêter , mais j’ai renouvelé quand même mon hébergement. Parce que nous deux lectrice, quand même, ça doit faire quoi ? 9 ans … ah ouais quand même … 9 ans !
Je n’ai pas publié … pas d’inspiration , pas de temps et trop de choses en tête .
Pendant ces 8 mois périgourdins on a tourné comme des girouettes autour de ce que serait notre future maison .
On a pensé auto-construction , puis on s’est dit qu’on aimerait bien un chez nous avant la majorité des nains , et tant qu’à faire un toit qui ne nous tomberait pas sur la tête.
On a cherché des maisons toutes faites , avec gites , sans gites , vieux ou moins vieux, avec beaucoup de terrain , avec encore plus de terrain … tellement qu’on en avait fait un projet professionnel … Et puis non, trop de compromis par rapport à notre idéal.
On m’a reparlé du beau terrain que l’on avait visité maintes fois en automne… Il allait surement se vendre , moins cher que prévu. On y est retourné . on s’est décidés…
On fera donc construire sur ce terrain de 9000m2, à la campagne; notre maison nous ressemblera , même si ça nous promet des nuits blanches.
On a rencontré un architecte qui nous a plutôt bien compris nous et nos idées qui peuvent paraitre exotiques (toilettes sèches , phyto-epuration, récupération des eaux de pluie…) et nous a proposé une première ébauche de ce que pourrait être notre cocon , inséré dans le paysage , moderne sans être trop ostensible.

ce n’est pas notre projet , mais c’est un design qui pourrait nous inspirer .

 

Dans 15 jours on ne vivra plus qu’avec un salaire (manque de bol c’est le mien …) . Nous avons toujours eu l’habitude de vivre presque sans compter … Il va falloir changer ça. Nous avons bien sur réduit la voilure depuis notre arrivée en Dordogne mais il va falloir encore beaucoup progresser. Ce blog va définitivement abandonner le Chic … et être 100% Cheap !
Tant qu’un revenu minimum universel ne sera pas à l’ordre du jour , je resterai donc banquiere à temps plein et soutien de famille … même si l’idée m’enchante moyennement et que j’aurais tant de choses à faire en travaillant moins . On en reparlera un de ces quatre.

Sur notre grand terrain nous visons à terme une presque autonomie en légumes dans un premier temps , en oeufs … Puis ensuite en fruits. Pour le moment rien n’est encore gagné … Nous n’avons pas voulu « investir » dans notre jardin de maison de location ne sachant pas combien de temps nous resterions. On a quand même mis des tomates , qui ont bien souffert du vent violent d’avant-hier, des concombres, courgettes et haricots … On verra bien ce que les éléments et autres gasteropodes voudront bien nous laisser . Pas sure d’avoir de quoi préparer des conserves pour cet hiver !
Dans l’absolu je ne serais pas contre manger quelques poules ou coq voire même un lapin … le principal problème étant de zigouiller les bestioles, on est pas des néo-ruraux pour rien … à part écraser un moustique je en sais pas tuer grand chose .
Ce sera plus facile d’augmenter les légumineuses ! Ca ne souffre pas trop à l’abattage !

En parlant de conserves, nous allons essayer d’avoir un cellier bien rempli dans le futur. Nous allons donc investir dans un autoclave domestique, bien plus sécuritaire qu’une cocotte-minute ou que notre four vapeur. J’espere préparer des plats simples et pas trop onéreux pour cet hiver , des haricots au lard, des saucisses lentilles etc…

 

Il faut que je prenne le temps de recommencer à faire la lessive , les produits pour la maison, le gel douche … J’ai une grosse poubelle de cendres tamisées qui n’attendent qu’à être transformées en lessive , et du lierre plein les chênes du jardin pour tenter le shampooing (vu sur le blog de Lathelize).

Les enfants sont devenus de vrais petits de la campagne . Petit patagon préfère nettement la vie au jardin à ses jouets, à part peut être ses tracteurs. Ils aiment aller voir les chiots dans le chenil du voisin , en passant devant les brebis, leurs agneaux, les poules et les deux ânesses. La mini disserte sur les différentes fleurs ou plantes du chemin, en fait des bouquets , nous prépare des « soupes » de graminées et de pétale qu’elle lance au vent, les cheveux dans les yeux et les genoux du jean verdis . Je crois qu’ils aiment cette vie.

Si tu le veux bien, lectrice , on parlera dorénavant de cette nouvelle vie , de l’avancée de la maison, des petits plats mijotés, des fins de mois difficiles , du jardin , de nos découvertes et de nos 1001 idées bizarres que je souhaite te faire partager .

Je ne promets rien en terme de régularité d’articles , tout ce que je sais c’est que ça me fait plaisir de te retrouver et de te raconter tout ça , tout en désordre ; mais ça fait toujours ça quand on ne s’est pas vus depuis longtemps … trop de chose à se dire pour être organisé.

(t’es toujours là ? )

Le vent du changement

13 commentaires sur “Le vent du changement

  • 10 mai 2016 à 23 h 20 min
    Permalink

    je te souhaite de tout coeur une nouvelle vie pleine de bonheur et de toutes ces richesses que la nature sait offrir avec tant de générosité

    Répondre
    • 14 mai 2016 à 22 h 19 min
      Permalink

      Merci pour tes Voeux Catherine, tu as toujours la petite phrase réconfortante et généreuse 🙂 .

      Répondre
  • 11 mai 2016 à 6 h 31 min
    Permalink

    Contente que tu aies publié un nouvel article. Quel beau projet! Ce projet de vie est magnifique et tu as l’air heureuse! Bravo!!!

    Répondre
  • 11 mai 2016 à 9 h 04 min
    Permalink

    Oui je suis toujours là, et tu ne peux pas savoir comment j’adore ce que je lis……. +++
    Équipe cheap on our way, changement de vie oblige et il va falloir encore revoir certains postes de depenses mais ça en vaut la peine.
    Tes efforts seront récompensés c’est sûr !! Gros bisous

    Répondre
    • 14 mai 2016 à 22 h 17 min
      Permalink

      C’est amusant je trouve cette évolution que nous menons en parallèle !!!

      Répondre
  • 12 mai 2016 à 8 h 04 min
    Permalink

    Avec plaisir! Moi qui ai récemment fait le chemin inverse, de la maison plus que roots totalement perdue dans les bois au centre ville, je suis en gros manque de nature. Ca me fera plaisir de vivre un peu par procuration.

    Répondre
    • 14 mai 2016 à 22 h 11 min
      Permalink

      Moi j’étais une vraie urbaine, née à Lyon et ayant toujours vécu en ville ! Etrangement ce changement m’a été très facile . Peut être parce que 5 jours par semaine je vais travailler en « ville » (petite la ville) … mais je n’y trouve plus rien qui me plaise , je ne fais pas de shopping, et je me sens vite angoissée si je me retrouve au milieu d’une foule.

      Répondre
  • 14 mai 2016 à 10 h 31 min
    Permalink

    je viens de découvrir tes deux derniers billets suite à ton commentaire sur mon blog.
    Et merci ! Parce que ce que tu dis vouloir vivre comme ça me parle ! S’il te plait, tu veux bien nous tenir au courant sur ton blog ? Parce que je rêve d’une longère perdue en pleine campagne, avec mon potager géant, nos conserves dans le cellier, les poules, les chiens, les chevaux… note que pour la longère, ça a failli arriver mais j’ai eu une frousse bleue de déménager en Bretagne…
    A très vite j’espère !

    Répondre
    • 14 mai 2016 à 22 h 09 min
      Permalink

      Je comprends la trouille, pas évident de tout quitter . Nous on a fait 450km, pour pouvoir vivre notre reve après 2 années de réflexion. Je ne sais pas pourquoi , si c’est moi qui y suis plus ouverte peut être , mais j’ai l’impression que ce « retour à la nature » , cette envie d’autonomie et de résilience touche de plus en plus de monde … l’effet de la crise économique ?

      Répondre
  • 21 juillet 2016 à 20 h 36 min
    Permalink

    Bonjour,
    nous sommes dans une démarche similaire de notre côté également.
    Déménagement bientôt terminé (reste à finaliser la vente de la précédente, et à finir quelques travaux).
    Après, faudra se mettre sérieusement à s’occuper du terrain.
    Bon, dans le coin, le terrain étant cher, on a vu moins grand : « seulement » 3800m² (on cherchait à l’origine plutôt le double voir le triple)
    Par contre, pas encore quitter mon boulot, le déménagement me permet de le conserver (mais avec pas mal de trajet quotidien).
    J’avoue c’est le point me faisant peur, ayant le gros salaire de la maison.

    Sinon, plein de projet, potager, poulailler, mouton, et peut être cochon.
    Bon courage à vous, y a pas mal de boulot quand on débarque ainsi! 😉

    Répondre

Un commentaire ça me fait toujours plaisir , bouge pas , je vais te chercher un caramel

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :